vendredi 12 juin 2015

Et lire...

 Ici la lecture c'est sacré.
Sorte de deuxième poumon.

Nous sommes entourés de livres,
empilés, entassés, rangés dans les bibliothèques.
Ils débordent de tous côtés,
des tables, des lits, des meubles.

Il y a ceux qu'on achètent, ceux qu'on empruntent.
Il y a ceux qu'on lit souvent, ceux qui nous ont déçus, ceux qu'on a adorés.
Il y a ceux qui nous ont touchés en plein mille,
ceux qu'on a aimés mais pourtant déjà oubliés.

Nous avons chacun nos lectures.
Lui des essais, de la poésie, moi des romans jamais contemporains à part une ou deux exceptions.
Il y a les livres des enfants,
les albums, les premiers romans.

On en connaît certains par coeur.

Oui, lire...
Mais lire des livres en papier.
Tourner des pages, les unes après les autres.
Sentir la douceur du papier choisi sous les doigts,
regretter parfois la finesse de certains feuillets.
Il y a chez nous ceux qui annotent, ceux qui cornent.
Ceux qui au contraire abhorrent et l'un et l'autre.
Il y a des ribambelles de marque-pages,
des fétiches, des tickets de métro, des cartes ou des photos.

Oui, un livre.
Qui ouvre à tant.
Par le choix de ses illustrations, ou pas.
Avec ses mensurations, son papier, sa couverture engageante ou au contraire irritante.
Il y a ces collections qu'il nous plaît d'aligner,
ces livres qui renferment des trésors,
une fleur séchée, un peu de sable, une facture, une adresse oubliée...

 Ici, on aime le très Grand Prince écrit par Célia Le Dressay, illustré par Cati Baur et édité à L'Ecole des Loisirs.

L'histoire est parfaitement tournée et les enfants entrent à fond dans la petite morale distillée avec retenue.
Les illustrations nous font fondre!


Ce très grand prince est en fait un benêt qui replié dans son petit égoïsme aurait pu passer à côté
de ce qui est le plus important dans la vie: l'amour des autres!

C'est une parfaite première lecture pour enfants sages ou pas...
Ma cadette a beaucoup ri et je vous montre plus haut ses deux pages préférées!


 Et je sais pertinemment où il va finir celui-là...
Avec cette palette de pastels rose et bleu, ces couchers de soleil et cette joie de vivre,
malgré les disputes, malgré les incompréhensions...
c'est que ça résonne pour ma petite fille,
elle va le garder tout près d'elle, dans sa petite tanière perchée dans son lit.

Un musée un mercredi

 Ce mercredi, les quelques activités des filles ont été mises entre parenthèses.
Envie de rester ensemble, de prendre le temps...

On a finalement pris la direction du Centre Georges Pompidou
pour y découvrir l'exposition sur Le Corbusier,
homme s'il en est des plus contreversés!

Et c'est avec deux zébulons que nous sommes allés à la découverte
d'un peintre, d'un sculpteur, d'un penseur, d'un designer, d'un urbaniste et bien sûr d'un architecte!


L'éclectisme du personnage a beaucoup plu aux filles...
Elles ont décortiqué les toiles mettant le doigt sur des influences, sur des courants.
Plus que jamais la notion d'artiste prend son sens et nous avons beaucoup échangé la-dessus.

 Etant juste avec mes grandes,
je voulais pousser un peu plus la visite et aborder quelques points précis avec elles.
Expliquer les choix d'un homme, le parti pris, ses convictions esthétiques mises en relief avec la politique et une époque.
Le Modulor nous a offert un extraordinaire terrain de discussion
excluant souvent la plus petite qui finalement s'est sentie moins concernée par des questions qui lui échappent
mais qui une fois quelques mots posés et quelques notions approfondies
a pris confiance et partagé avec nous des points de vue très pertinents.

Mais bien sûr,
nous étions venus pour voir un architecte...
Les filles aiment aller à la cité de l'Architecture et on ne manque pas à chaque visite d'entrer dans un appartement de la cité radieuse...


Le monochrome,
les couleurs distillées par touche,
les formes arrondies...
Elles ont été touchées, interpellées et ravies de voir quelques maquettes
et les ont commentées à qui mieux mieux...


La musique conceptuelle de Xenakis,
les images superposées imaginées par Le Corbusier et Edgar Varèse
ont laissé de glace mes toupies...
ou presque puisque ma cadette jolie en a profité pour se laisser aller sur cette musique expérimentale
et a offert aux quelques visiteurs un ballet improvisé!


Evidemment, le clou du spectacle...

 Cette exposition est passionnante
bien que malheureusement trop restrictive.
On rêve d'une vraie rétrospective, d'un travail fouillé,
d'une scénographie qui mette en valeur l'oeuvre et l'artiste
et d'une réflexion approfondie sur l'homme et ses choix.

Cette époque culturellement très dense mérite qu'on s'y attarde,
sans polémique, avec respect et compréhension.

En attendant, moi j'ai deux girouettes qui ont très envie que nous allions à la Villa Savoye!


Profitez bien de cette expo,
il n'y a pas foule et c'est très agréable d'avoir Beaubourg pour soi!

mercredi 3 juin 2015

Intermezzo: Narnia Party

Et puis arrêter le flot de mai...
Ouvrir une parenthèse enchantée pour les enfants,
leur créer un événement,
les fêter.

Mes deux têtes blondes de juillet sont souvent oubliées,
leur anniversaire est dignement fêté là où l'on se trouve,
mais s'il n'est pas validé par les amis du quartier alors c'est loupé!

On a fixé une date au milieu de tout le reste.
Ils ont décidé du thème: Narnia!

Peu de photos,
car il y avait 24 enfants à gérer
même pas une de la table qui pourtant valait le détour!

Mais de beaux souvenirs pour mes petits rois et reines...

On a fait des masques d'Aslan,
on a fait des joutes de chevalier,
pris des cours d'escrime,
on a tiré sur les méchants avec des balles,
on a fait une compétition de tir à l'arc,
on a organisé des duels,
on a fait des rondes folles...


 On a fait un atelier qui a très bien fonctionné:
couronnes avec des bouts de tissu,
les 16 filles sont reparties avec leur oeuvre
et elles ont toutes très bien travaillé!


Et bien sûr le goûter,
les cadeaux...
le tout sous un soleil radieux
(les seuls rayons du week-end, nous avons été bénis)
et avec une très belle troupe d'enfants sages...

On a tous terminé le soir à la maison,
avec d'autres amis, la famille.
Et c'est tout notre intérieur qui a été transformé en Narnia,
des affiches, des citations que les enfants ont collées sur les murs!
C'était gai et festif,
un anniversaire comme on les aime!

dimanche 24 mai 2015

Ô 4 vents!


et la magie continue,
et les spectacles diffusent encore et toujours leur poésie.

 Une harpiste, des fils...
Une musique envoûtante, une danseuse dans les airs.

Le festival Ô 4 vents nous a encore proposé une merveilleuse expérience sensorielle!

Ariane(s) - Chemins croisés.

Un fabuleux conté musical et dansé en trois dimensions.



Chacun a sa façon de profiter du merveilleux qui se distille sous nos yeux.
Tandis que l'une se pelotonne de bonheur contre moi,
notre cadette prend des notes et créé un petit poème
(que je n'ai pas encore eu le droit de lire, il n'est pas fini)
et notre benjamin très à l'aise n'en finit pas de commenter de "wouah" les prouesses de l'acrobate.


Je me répète, je le sais,
mais quelle chance de pouvoir dialoguer avec les artistes juste après les représentations!
Quelle énergie partagée et quelle générosité!


 Et comme d'hab' on a voté
4 coeurs ça les valait bien!
et on a déambulé dans notre si beau quartier le coeur en joie!

Vivement le week-end prochain qui sera des plus remplis!

Ô 4 vents!

Et comme tous les ans,
notre moment préféré de l'année
peu après l'arrivée des martinets si bruyants
le Festival Ô 4 vents enveloppe notre quartier.

La programmation est de qualité,
les artistes accessibles, les spectacles très variés et pour tout âge,
les lieux investis sublimes.
A la découverte de notre quartier,
de spectacle en spectacle nous avons également le bonheur
de retrouver les amis de crèche, d'école,
qui suivent d'autres chemins que le nôtre au quotidien
et qu'il nous fait bon rencontrer au hasard d'une représentation.
Et c'est tout ça qui fait de ce festival une réussite.

Les enfants s'installent,
dans un brouhaha infini,
bougent, se poussent, rigolent en se chatouillant...
A chaque fois je me demande comment le calme va pouvoir revenir,
je panique à l'idée que les artistes ne travaillent dans ce chahut.
Mais à chaque fois, comme hypnotisés par la musique, le décor, les costumes,
ils sont happés par la magie de la performance en live.

Et je vous jure que de voir des hordes d'enfants déchaînés
tout d'un coup faire le silence et être profondément fascinés par le spectacle qu'ils boivent littéralement est aussi incroyable que ce qui nous est proposé sur le plateau!

Le festival a commencé hier et les enfants en sont déjà à leur troisième spectacle!

En début d'après-midi ils sont allés applaudir avec leur papa Marche ou Rêve,
puis Esperluette.
Enfin, hier soir nous étions tous ensemble avec 8 autres petits amis
pour contempler l'impressionnant Tension Verticale,
pur moment de danse et de poésie.

Même nos 3 ans (et ils étaient 5 à nos pieds) n'ont pas bougé
malgré l'heure un poil tardive (spectacle à 19 heures 30 après un samedi déjà bien chargé).
Magique.

Et ce festival pour les enfants le reste jusqu'au bout.
Il est précieux ce festival qui ose le spectacle vivant pour les plus petits tout en offrant une formidable programmation pour les plus grands!

Quelle richesse pour nos enfants d'observer, écouter, voir
des artistes qui risquent tout sous leurs yeux ébahis.
Une expérience que vous devez offrir à vos enfants de toute urgence.
Le festival est là encore une semaine avec tout un tas de représentations plus magiques les unes que les autres!